7 juin 2012

Le Québec en deuil, les bulles aussi – Acte 14 : VOIR ROUGE

Hier soir, j’ai plutôt vu en pellicules qu’en rouge, en criant «  Cinéma dans la rue ! » en encerclant l’ONF à l’angle St Denis/Maisonneuve. J’ai même eu droit à mon petit carré blanc avec ce qu’il reste de notre cinéma dessus : des petits morceaux de négatifs. Si nous devions avoir un carré symbolique pour chaque cause que l’on soutient, à cette heure, les carrés nous auraient poussés sur le corps comme une sale irruption cutanée… on appelle ça des allergies printanières : ça fait éternuer bien fort et ça peut rendre irascible voire désobéissant.
Ils sont nombreux les artistes et spécialement les musiciens, à voir rouge de ces temps-ci. Ariane Moffatt a ouvert la voie avec Jeudi 17 mai, puis s’en est suivi plein d’autres, tels qu'Antoine Mainville (Cauchemar de course d’Adamus devenant Cauchemar de grève), Géraldine (opportunisme puis rédemption), Vulgaires Machins (mettant en ligne leur chanson live Le Mythe de la démocratie), et ma préférée, celle du Husky, Voir Rouge. Cette toune, offerte gratuitement est joliment et judicieusement illustrée par Gabrielle Laïla Tittley : y’a comme un couteau qu’on nous aurait planté dans le dos ! Les loups sont dans la rue, même pas mal !

Voir rouge  - Le Husky
Yannick Duguay et David Viens

 
Tu mens comme un arracheur de dents
Un réparateur de chars
Depuis trop longtemps

Tu vois je prends la rue tous les soirs
En délaissant les trottoirs
Les poches remplies d'espoir

Il faut désobéir
Si on veut en finir
La nuit j'veux plus mentir

C'est la révolution
C'est comme une explosion
Dans mon cerveau y a des millions de bonbons

Maintenant
Je vois rouge en dedans
Je me sens presque violent
Quand je vois couler le sang

Je sens je sais qu'on vous dérange
Mais on est pas méchants
Le monde et les temps changent

Il faut désobéir
Si on veut en finir
Cette nuit j'peux plus mentir
C'est la révolution
J'entends des explosions
Ce soir on fait peur aux moutons
Ce soir on passe à l'action
Ce soir on reprend le pouvoir
Ce soir on passe à l'Histoire

Aucun commentaire:

Publier un commentaire