5 juin 2012

Le Québec en deuil, les bulles aussi – Acte 12 : La dernière séance

Hier matin, c’était la conférence de presse organisée par Cinéma dans la rue, qui venait agiter les consciences face aux coupes drastiques dans la culture du gouvernement Harper. Résultat concret sur Montréal : fini le cinéma de l’ONF, fini la CinéRobothèque, sans parler des coupes de subventions. Comme le dit le crooner Eddy Mitchell : c’était la dernière séance, et le rideau sur l’écran est tombé. Sauf que voilà, les réductions volcaniques dans le budget de la culture sont là, mais ce n’est pas une raison suffisante pour accepter les faits et repartir bouder dans son coin. Ainsi, de nombreux artisans du cinéma se sont mobilisés pour créer un événement à taille humaine mais à visée humanitaire… question de survie ! Car avec la fermeture du cinéma de l’ONF et de la CinéRobothèque, c’est un peu comme si on brulait la pellicule sur la place publique à s’en intoxiquer les poumons et finir par mourir. Des petits feux, voilà ce qu’il resterait de notre cinéma. Et je dis « notre », avec beaucoup de pudeur en faisant du cinéma québécois le mien, car il a été, et est toujours, un mentor, un miroir de cette culture si riche, complexe et troublée qu’est le Québec. En tant qu’immigrante, mon premier plongeon dans la culture québécoise, outre anthropologique et social, fut principalement dans les livres et dans les documentaires… de l’ONF ! Pas plus tard que vendredi, je regardais Acadie, l’Acadie de Pierre Perrault et Michel Brault, émue que cette trace de l’histoire est été captée avec autant de vérité. On a tous un devoir de mémoire, mais il semblerait que le grand Canada devienne Alzheimer et est décidé de ne pas se soigner…
Rendez-vous à 19h, mercredi 6 juin, devant l’ONF.

La dernière séance
Eddy Mitchell

La lumière revient déjà
Et le film est terminé
Je réveille mon voisin
Il dort comme un nouveau né
Je relève mon strapontin
J'ai une envie de bailler
C'était la dernière séquence
C'était la dernière séance
Et le rideau sur l'écran est tombé

La photo sur le mot fin
Peut faire sourire ou pleurer
Mais je connaît le destin
D'un cinéma de quartier
Il finira en garage
En building supermarché
Il n'a plus aucune chance
C'était la dernière séance
et le rideau sur l'écran est tombé

Bye-bye, les héros que j'aimais
l'entracte est terminé
Bye-bye, rendez-vous à jamais
Mes chocolats glacés, glacés.

J'allais rue des solitaires
A l'école de mon quartier
A cinq heures j'étais sorti
Mon père venait me chercher
On voyait Gary Cooper
Qui défendait l'opprimé
C'était vraiment bien l'enfance
Mais c'est la dernière séquence
Et le rideau sur l'écran est tombé

La lumière s'éteint déjà
La salle est vide a pleurer
Mon voisin détend ses bras
Il s'en va boire un café
Un vieux pleur dans un coin
Son cinéma est fermé
C'était la dernière séquence
C'était la dernière séance
Et le rideau sur l'écran et tombé

Bye-bye, les filles qui tremblait
Pour les jeunes premiers
Bye-bye, rendez vous à jamais
Mes chocolats glacés, glacés

Aucun commentaire:

Publier un commentaire