13 sept. 2012

Raoul

Les neuf bulles, pour ceux qui n’auraient pas remarqué, c’est avant tout un blogue musical. Mais parfois, au détour des chemins, d’autres formes d’art s’y glissent. Comme il est inutile de faire des commentaires sur les nominés des Gala de l’Adisq, il est plus intéressant de vous frustrer avec Raoul ! Raoul n’est pas le nom d’un nouveau groupe, Raoul est un personnage aux multiples facettes et complexités qui vit dans un monde en dérive peuplé de créatures étranges. C’est surtout un spectacle écrit, scénarisé, joué, dansé et vécu par James Thiérrée, le petit-fils de Charlie Chaplin, fils de Victoria Chaplin… un nom qui donne toute la dimension théâtrale de cet ovni entre danse contemporaine, mime, acrobatie, poésie et chavirement schizophrénique.

De musique, il faut en parler, car aussi bien que le décor trace une toile de fond physique à Raoul, la musique l’habille ou le dénude à sa guise. Les sons, tantôt enfouis, tantôt superposés donnent du grain dans les oreilles. De cacophonies en silences, de Schubert à Matthieu Chedid, des grillons fluides aux bruits sourds de casseroles, tout y passe. James Thiérrée nous présente donc une histoire sans histoire, comparable à une allumette enflammée qui se consume pour finir en poussière désagrégée. Car il s’agit là de désintégration, de dislocation, de ralentis, de folie, de précipices abyssaux, d’étendues plates, de chimères qui nous échappent, de monstres gentils, de suffocations de solitude. La liste pourrait continuer encore longtemps ainsi tellement la poésie de Raoul peut emmener chacun dans son imaginaire et sa rêverie, quelque chose de précieux, personnel et unique qui nous touche tous différemment. Car le miracle de la création est là : chacun y voit le miroir de sa perception intime, tout comme Raoul semble se combattre lui-même.

Le spectacle se termine ce soir à la Tohu, par une dernière représentation (encore) à guichet fermé. Voilà pourquoi, tout comme Raoul, vous pouvez hurler à la lune d’avoir raté le bateau en marche avant qu’il ne coule.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire