26 sept. 2012

Foxtrott

Notre Dame des Quilles, le succédané bar du Mile-End au coin Beaubien/St Laurent. Il est 21h et des poussières et sur le parquet ciré des rangs de quilles, Marie-Hélène L. Delorme assise proche du public venu en masse, articule sauvagement ses tounes : voici l’essence même de Foxtrott. Et même si j’arrive avec un an de retard sur la tendance (n’est pas Olivier Lalande qui veut), cette « découverte » aura fait ma soirée, que dis-je quasiment ma semaine musicale !


Rappel contextuel numéro 1 : Marie-Hélène L. Delorme est une musicienne, productrice, bidouilleuse, remixeuse stimulante. Parmi ses « victimes » on retrouve Bernard Adamus, Lesbians on Ecstasy, Random Recipe et Think About Life. Rappel contextuel numéro 2 : le Foxtrot, avec un seul t, est issu de la partie ragtime du jazz, et signifie littéralement « le petit pas de renard ». C’est aussi le titre d’un album de Genesis…

Et qu’est-ce qu’on fait sachant ça ? On pleur. Parce que si vous avez raté la session semi-électro-acoustique d’hier soir, le EP Shields vous semblera une bien maigre compensation. Qu’on s’entende, les trois chansons produites ici sont vraiment trippantes, comme si Grimes était déjà dépassée, ça s’écoute comme une olive dans le martini : mélodies accrocheuses, beats sur mesure, arrangements insidieux et perspicaces. Mais en live, ça sonne en maudit !

Quand on utilise un cor pour faire des basses, moi ça me parle, c’est peu courant mais vraiment pratique. Le côté brut et écorché des tounes était mis en valeur, comme si on avait retiré le papier bonbon rose pop-électro, et que ça goutait une drogue d’un genre nouveau, qui tape ton imaginaire comme on fait tomber toutes les quilles d’un strike bien visé. En plein dans le mille. Puis vos cœurs avec, rien ne résiste à ça, pas même la nuit. Fait-que… Foxtrott avec deux tt dans ton ipod direct !

Aucun commentaire:

Publier un commentaire