21 mars 2012

Francouvertes - acte 7 : 20 mars

C’était la fin des préliminaires des Francouvertes en ce jour de Printemps. Il faisait 20° dehors, la salle était donc peu remplie, et c’est les hormones dans le tapis et quasi tout en testostérones que s’est déroulée cette dernière ronde. La thématique musicale récurrente de la soirée se situait entre rock, attitude désinvolte et perplexité intéressante. Damn it ! J’avais oublié la carte mémoire de ma caméra. Ça commençait mal…


Avec un blues-grass-rock un peu sale mais pas trop, Christian, accompagné de Pierre Fortin, a la lourde tache de décoincer la ligne frontale du public pas encore assez alcoolisé pour se dérider. Il faut dire qu’à coup de jurons aux 15 secondes, il y aura mis beaucoup d’efforts ! Entre deux lampés de Scotch, Christian nous offre une proposition musicale gouteuse, atypique mais parfois stéréotypé du gars de débauche qui gratouille comme il faut son banjo. Côté paroles, c’est une alternance d’anglais et de français et d’une nouvelle langue honomatopéiste, mais ce n’est pas ce qui semble le plus important chez Christian. L’homme de scène interpelle par certains côtés irrévérencieux, au final on retiendra plus une belle performance qu’une révolution sonore.


C’est la seule fois des Francou où je suis tombée sur une table avec les paroles des chansons. Inutile de vous dire que ce n’était pas le meilleur soir. Disons que la « poésie » machiste des Gazoline est proportionnelle à leur jeune âge. Mais une fois encore, ce n’est pas les paroles qui font se groupe, qui a réussi l’exploit de se classer deuxième à l’issu de la soirée. Il faut reconnaître qu’il y a une belle maîtrise du jeune trio, les riffs de guitares efficaces, ils connaissent. Le tout est un peu mécanique et prévisible, mais ça fonctionne bien. Je dois le dire, la voix du chanteur m’a impressionnée, surtout dans les cris, technique très périlleuse de chanter fort et juste. Mes tympans ont eu du mal à résister !

Tout droit sorti d’une sorte de Rocky Horror Picture Show, les ShrimpS, ou crevettes vitaminés, ont offert un spectacle plus qu’un concert. C’est déstabilisant à souhait et vraiment appréciable. Les personnages hauts en couleur et en maquillage nous en mettent plein la vue, c’est rafraichissant, divertissant, déroutant. Ce joyeux bordel réussit à cohabiter et construire un univers décadent avec les paroles délirantes et une musique parfois approximative. On est dans la caricature, alors c’est sûr, il faut aimer le genre et se laisser surprendre, mais c’est diablement efficace… sans doute très loin du « moule » des Francouvertes.

Et le classement, il dit quoi ?
Et voilà la liste des demi-finalistes, que l’on pourra voir sur la scène du Lion d’or les 10, 11, et 12 avril prochain.
1) Mélanie et Stéphanie Boulay – 2) Gazoline – 3) Simon Kingsbury – 4) Francis Faubert – 5) Gustafson – 6) Antoine Corriveau – 7) Sarah Toussaint-Léveillé – 8) MC Phylis & Maxime Robin – 9) Pandaléon

Aucun commentaire:

Publier un commentaire