27 nov. 2012

Le mardi, c'est permis : Ouellet et Krief !

Si vous êtes en forme ce soir, c’est le moment de vous faire un mini-marathon montréalais Sala Rossa – Lion d’or. En 5/7, c’est le lancement du très attendu Fox de Karim Ouellet : si vous avez raté le fait qu’il sortait un album c’est que vous étiez vraiment dans le terrier (en vente partout, le site le dit !). Puis, au Lion d’or, vers 21h, retrouvez Patrick Krief, (The Dears) qui nous propose Hundred Thousand Pieces sorti au printemps mais qui passe très bien l’hiver. Moi, je m’en vais hiberner sous la couette pour mieux apprécier le contraste des températures !
La promo, ça vient par grandes vagues : Adamus, Cormier, Perreau, Elisapie et maintenant Karim Ouellet. Il faut bien que le Voir occupe sa couverture. Alors omettre de parler de Fox, ça serait comme passer à côté de quelque chose. Justement, je n’arrive pas à mettre le doigt dessus. Karim, depuis les Francouvertes, a fait du chemin et en version live (excellent souvenir de sa performance à Osheaga), ça vaut vraiment le détour. Une fusion pop-rock-raggae, des mots bien ficellés, un son différent de que l'on n'a pas l'habitude d'entendre et hop, le tour est joué. Sur album, c’est autre chose. J’ai pour l’instant du mal à adopter l’animal, comme on regarde une fourrure sans savoir si c’est bien éthique de la porter. Pourtant, la critique semble dithyrambique à son sujet et en fait un musicien à suivre avant explosion d’audimat. À vous de voir, ou plutôt d’entendre !
Avec Patrick Krief, on reste dans les cordes de l’indie-rock, du beau, du propre et du mélancolique à souhait. Écrit comme ça, on dirait une insulte, mais pour ma part, j’adhère. Rien de nouveau sous les flocons, mais quand même, Hundred Thousand Pieces est un album éclaté, désenchanté et plein de merveilles. La voix éthérée et planante souffle un vent de tristesse nostalgique facile à pleurer. De petits solos de guitare, en mélodies de boite à musique, on s’évade au loin pour quelques temps, et en panique on revient quand même à bon port, rassuré et ébloui du voyage. Mention spécial au clip Forever Goodnight.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire