27 août 2012

Pour la suite du monde

Parce qu’il n’y a pas que la musique dans la vie, il y a le cinéma aussi ! C’était le 50ème anniversaire du documentaire Pour la suite du monde de Pierre Perrault et Michel Brault, cette fin de semaine à l’Isle-aux-Coudres. Pour l’occasion, des festivités étaient organisées, principalement par les coudriers, afin de célébrer un passé de pêche aux marsouins aux travers de traditions, mais aussi de perpétuer la mémoire de l’île. Un peu comme on passe le bâton aux plus jeunes pour qu’ils continuent de ramer et de naviguer dans le bon sens, en prenant le fleuve comme souvenir et l’horizon comme devenir. Mais il y a des patrimoines et des transmissions qui ont le malheur de partir en fumée. L’ONF et ses coupures budgétaires donnent à la suite du monde un goût amer, sans sel, où le piquant reste à inventer pour conserver et transmettre ces films qui forgent une éducation. Nous avons donc trinqué groggy à des oubliettes de pellicules jetées telles des bouteilles à la mer où elles finiront en algues prises au piège des profondeurs sous-marines. Je ne me résous pas à faire le deuil d’une CinéRobothèque qui est (était) au cinéma ce que la gratuité scolaire est à l’éducation : un bagage solide pour la construction d’une vie.
Pour l’occasion, l’équipe du magazine télé culturel Voir était présent, sous la direction de Raphaël Ouelette. Un sujet de huit minutes sera consacré à cet événement courant septembre.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire