29 mai 2012

Le Québec en deuil, les bulles aussi – Acte 7 : WE LOST (bon en fait non, we won !)

Hier soir encore, je tapais sur mon couvercle. Je préfère prendre le dessus des casseroles, c’est plus léger, résistant, y’a une belle poignée ergonomique. Je tape dessus avec une grosse cuillère en plastique (jamais un truc en pétrole n’aura été aussi rentabilisé) car les ustensiles en bois finissent par briser. Il y a 10 jours, je n’aurais jamais pensé commencer un texte en parlant batterie de cuisine, aujourd’hui, ça me semble pertinent. Proche de l’église Masson, j’aurais bien été voir le curé pour qu’il fasse sonner ses cloches pendant un petit quart d’heure. Vous imaginez, les églises de Montréal sonnant à tout va à partir de 20h ! Après notre petite désobéissance civile, on s’est dirigé pacifiquement chez Baptiste. Du réconfort pour nos oreilles assourdies, c’est ce dont on avait besoin. Au programme, monsieur Tako Tsubo (Serge-André Amin) en première partie folk-léo-dylanienne très convaincante et The Lemming Ways, incandescente formation (réf. : qui brille beaucoup et comme le titre du livre de Violette Maurice, résistante et poète).  Hier soir, monsieur Marc-Étienne Mongrain disait  qu’il avait écrit une toune qui était « périmée » dans ses paroles. Et on est bien content de ça, parce que finalement, on n’a pas perdu, on est en train de gagner.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire