8 avr. 2009

1er round de la demi-finale des Francouvertes

Préambule dans les bulles !
Je me rends compte qu’à chaque fois que j’écris sur l’un des groupes que je croise par mes oreilles, ça ne vous donne aucune idée des influences ou même du style de musique, ça fait toujours appel à mes émotions. En même temps, ça vous pousse à aller faire un tour du côté des myspace et autres sites pour vous faire votre propre opinion.

Simon Leduc
Ca n’est jamais facile d’être l’introduction d’un bon recueil de nouvelles. Mais je dois dire que les petites ritournelles de Simon Leduc ont su m’interpeller par leurs paroles un peu décadentes, rythmés, (en)jouée et si vraies. Le petit côté folk dans le background, ça me pile : nouvelle expression qui signifie quelque chose comme « je deviens une petite pile électrique sur ressort », vous savez, quand votre pied devient indépendant de votre corps et tape le sol seul.




















Hôtel Morphée
C’est sûr que je ne suis pas tombée dans ses bras-là au moment de cette demi-heure enchantée ! Ce sont les cordes, cette sensibilité, ces frissons qui me reviennent. J’ai toujours été très sensible à ce type d’instrument, et quand en plus ils sont amplifiés de manière électrique, l’air est encore plus tendu et chargé. Il y avait de l’énergie, de la rigueur et du virtuose. A plusieurs reprises mon cœur s’est accéléré pour finir au fond de mon estomac.

























http://www.myspace.com/hotelmorphee




FRANcIS D’OcTOBRE
Alors oui, c’est évident, Francis d’Octobre est un homme à cris de groupies mais on ne peut pas lui en vouloir d’être charmant, ce qui doit représenter l’équivalent du zest de citron, où la pincée de sel en plus dans la Tequila. Quoique que si Francis était une boisson, ça serait sans doute un smoothie, le genre de boisson qui se boit toute l’année avec le sourire et parfois un brin de mélancolie des goûts doux de fruits oubliés parce qu’ils ne sont pas de saison. Octobre en avril est bon aussi à savourer.

















www.myspace.com/francisdoctobre

Aucun commentaire:

Publier un commentaire