10 nov. 2013

Avec pas d’casque au théâtre Outremont

On achève bientôt la tournée d’Astronomie d’Avec pas d’casque, une occasion pour faire sa « sortie » montréalaise, et en plus dans le cadre du Coup de cœur francophone. Un concert d’Avec pas d’casque, c’est toujours un événement : pourquoi on aime tant ce groupe qui ne paie pas de mine, discret, mais présent, toujours présent. Sans doute parce qu’ici on ne joue pas sur l’image mais sur les mots. C’est difficilement explicable, facilement palpable et inexorablement indécrottable.

Le chic théâtre Outremont et ses fauteuils rouge sang recevaient en grandes pompes Avec pas d’casque. Je pourrais vous décrire en détails la soirée telle que je l’ai vécue, mais ça serait comme mettre un mauvais doublage sur un film muet. Vous voyez le tricot, ça prend de grandes aiguilles, de la laine (choix des couleurs) et une technique bien particulière (maille à l’endroit, maille à l’envers) pour arriver à un morceau qui est de l’allure, assez pour le porter chaudement. C’est à peu près comme ça que fonction Avec pas d’casque : comme le disait Stéphane Lafleur lors du dernier rappel, c’est toujours les mêmes accords, mais ça donne à chaque fois quelque chose de différent. La singularité de ce groupe tient sans doute en partie au fait que les paroles de Lafleur sont comme des images indélébiles à la rétine, profondément ancrées dans des histoires personnelles (quelles soient réelles ou fictives importent peu) qui nous rappellent un petit je ne sais quoi de déjà vu. Et surtout, le style Lafleur qui est capable de demander au soleil de se chercher un place de parking dans l’horizon. C’est un peu comme du Vian moderne. Il n’y a rien à dire mais plutôt tout à écouter et surtout entendre dans l’œuvre d’Avec pas d’casque… je voulais dis que je parlais du groupe Avec pas d’casque.

Crédit photo : Lucie Leroux


Aucun commentaire:

Publier un commentaire