3 juil. 2013

Clip des Dead Obies : Tony Hawk

De retour de vacances, on en loupe forcément des bouts quand on se retrouve les doigts de pieds presque dans l’eau (à 13 degrés) du fin fond de la Bretagne. En même temps, ce nettoyage forcé de mes oreilles m’a permis de me mettre en condition pour une arrivée musclée, et découvrir le premier clip des rappeurs du Sud Sale, j’ai nommé les Dead Obies, finalistes des Francouvertes et machines à mâcher de flows par toujours corrects mais right quand même.
C’est sur la chanson Tony Hawk (ma préférée, celle qui me fait apparaître des bleus partout sur le corps après 12 écoutes) que les petits gars affublés de kimonos se prennent pour des vrais durs, des casse-cou ou des casse-couilles selon vos obédiences. Hommage certain, douteux et déjanté au skateur qui visiblement en a dans le slip, on est littéralement décoiffé par le rythme échevelé de la chanson comme de l’action des images. Réalisé par Martin Pariseau (à noter dans toutes les tablettes pour le potentiel exponentiel), pour un premier clip en version « pas de budget »,  je bénis l’œil du réalisateur de nous avoir évité tous les clichés esthétisant parfois rasoirs (tu peux être super beau mais pas forcément intelligent) que nous assènent régulièrement des clips ultra léchés avec un goût certain pour les effets de flou « artistique » avec gros plans de végétation ou... de peau. Non, là on est dans le grand n’importe quoi, mais pas n’importe lequel : un gros bordel organisé à l’image du groupe, qui sur cette toune propose un mélange de rap punké borderline, à la limite de l’exorcisme : « On a des skates à faire tirer, ça fait qu’on va faire un concours de criage ». Espérons que l’album qui doit sortir à la rentrée soit dans cette veine, ça nous permettra d’hurler décomplexé des phrases dont seuls les gras du Sud Sale comprennent toute l’ampleur et la profondeur : nous en s’en fout, on veut juste gagner au concours de criage !

Aucun commentaire:

Publier un commentaire