9 mars 2010

Quai des brumes



Dimanche soir au Quai des brumes, un concert, trois groupes, et une ambiance bruyante entre les tables… une belle façon de terminer son week-end par quelques verres et des oreilles pas trop engourdies.




http://www.myspace.com/skybound

Ian Macaulay
Quand ça vous arrive, généralement vous ne vous y attendiez pas. Découvrir un groupe totalement inconnu car tout nouveau, et être séduite à la première écoute, en voir toute la magie et le potentiel artistique musical, c’est vraiment rarissime. Ian Macaulay a une voix et une voie, mais les deux n’empruntent pas n’importe quel chemin. C’est comme si on écoutait un groupe californien qui aurait posé ses guitares quelque part à Montréal. Y’a du soleil, y’a un peu le côté « guitare au coin du feu sur la plage », où comme si Incubus avait mangé du Jack Johnson au petit déjeuner. Un excellent mélange qui a la rareté d’allier un côté inédit à un style confortable. Et surtout, sans avoir l’air de rien envoyer, le chanteur possède une voix claire, précise, comme un cri doux, sans doute l’une des plus parfaite que je n’ai jamais entendue et d’une justesse extrême. Et là, je ne vous parle même pas du guitariste de fou possédant une dextérité à toute épreuve.


http://www.myspace.com/glasspassengerband

Glass Passenger
Deuxième groupe, et là j’étais très impatiente de les entendre car j’avais avalé leur premier album comme une bonne liqueur bien fraîche : Glass Passenger. Si vous avez envie de vous évader, de prendre une petit pause musicale, de vous aérer la tête, de quitter pour le premier train qui passe, embarquez avec Glass Passenger ! L’orchestration présentée ici (contrebasse, violoncelle, violon, clavier, guitare, batterie et enfin harmonica) est riche et c’est ce qui donne toute l’ampleur aux compositions proposées. De belles ballades et nouveaux morceaux et toujours un style qui leur est propre (folk mélodique ?). Enchantée et privilégiée d’avoir pu les entendre pour ce qui est l’un de leur premier show avec cette formation.


http://www.myspace.com/loversarepeople

Lovers are people
Et on finit avec Lovers are people. Oui, là, je l’avoue, ça n’engage pas la qualité musicale du groupe mais, je ne sais pas pourquoi, mes amis et moi, on a eu l’image d’un épisode de Friends, où Ross reprenait du clavier et nous servait toute sorte de notes inaudibles et sans suite logique avec des effets catapultés. C’était plus dans l’attitude du claviériste que vraiment dans les sonorités. J’avoue avoir eu plus de mal à accrocher aux paroles et au style musical indéfinissable (je ne serais pas dire si c’est une qualité ou un défaut). Disons que j’étais sans doute plus distraite et fatiguée.

La soirée se termine au Quai des brumes et c’est un lundi de Francouvertes qui arrive bientôt !

Aucun commentaire:

Publier un commentaire