9 mars 2010

Francouvertes, 8 mars

Soirée « saloon » aux Francouvertes, un petit retour aux sources (d’eau vive ou de Boréale) et une méchante envie de frapper dans les mains ! 8 mars, c’était également la journée de la femme et aux Francouvertes, il semblerait qu’on aime les femmes et qu’on leur rende bien. Après deux groupes « mâles », et une petite fée, ça a pas mal swingué et frappé du pied hier soir. Beaucoup de monde pour applaudir chaleureusement ses trois groupes frères (et sœur) de musique.
http://www.francouvertes.com/ - Photos : Stéphanie-Maria Toselli





www.myspace.com/domainealarys

Domaine Alary
Je suis arrivée vierge de toute écoute des myspace des groupes de cette soirée, et donc mon premier réflexe a été tout naturellement de lire (religieusement à la lueur de la petite bougie) le programme. Et je l’avoue, en lisant les lignes de présentation de Domaine Alary, j’ai eu comme un petit froid dans le dos. C’est que l’origine de la création du groupe est un suicide, celui du père de Martin Alary. Sachant ça, je pensais être biaisée pendant toutes les trente minutes de leur prestation. Et j’ai oublié. Pourquoi ? Parce que ce groupe a dans ses paroles une légèreté d’un quotidien, certes avec des effluves de tristesse, mais surtout, on ne peut être que transporté par l’énergie qui s’en dégage. A coup de cris et de frappes, on sent comme une envie de faire revivre un passé comme on ouvre une boite à musique un peu désaccordée. Domaine Alary étale son country-folk hurlant et touchant et arrive à nous faire sourire.



www.myspace.com/caloonsaloon

Caloon Saloon
Après les barbus, voici les chapeautés ! Ecouter Caloon Saloon sans bouger est un véritable défi. Il ferait même s’énerver un chat amorphe. C’est qu’avec leurs chansons festives, on les croirait tout droit sortir du film O’Brother, les tenues de bagnard en moins. Avec un percussionniste voyageur (on remarquera ici la valise pratique qui sert de grosse caisse), un contrebassiste qui pourrait se lancer dans le one-man show, et deux guitaristes jumeaux (?), cette formation excelle dans l’art de vous transporter dans un ailleurs où la nuit n’a pas de fin et la musique s’écoute comme on boirait trop de verres sans jamais avoir mal à la tête le lendemain. Ils ont réussi à créer leur univers qui nous rend soudain léger et euphorique. Les chats amorphes n’ont qu’à bien se tenir… ou pas.



www.myspace.com/omichele

Michèle O
La fille en dernier, pour faire honneur aux femmes (comme on dit, on garde le meilleur pour la fin). Michèle O, c’est une petite fée. Pas compliqué, elle agite ses textes plein d’émotion sous notre nez et la formule magique agit. Une petite voix travaillée, une énergie décuplée, et une guitare terrorisée. Un bon mélange pour nous donner un style rocko-folko-country chose… Ça n’est surtout pas à mettre dans une case, car la demoiselle à comme des ailes qui lui poussent dans le dos et on sent qu’elle flirte du côté de plusieurs courants en empruntant les bons vents. Et cette petite étincelle qui s’allume entre son micro et le premier rang électrise le public qui en redemande.

Conclusion
La thématique de la soirée : le plaisir (journée de la femme, je vous le rappelle !). Oui, pour ces trois groupes on a senti une envie de donner et de recevoir, un concept qui s’appelle l’échange, et dans ce cas-ci, plus tu donnes, plus tu reçois ! Le public l’a bien compris puisque les trois groupes ont été retenus dans le classement final qui donne ceci : 1. Caloon Saloon / 2. Monogrenade / 3. L'Ours / 4. Louis-Philippe Robillard / 5. Philémon chante / 6. Michèle O. / 7. Jesuslesfilles/ 8. Meta Gruau/ 9. Domaine Alary

Aucun commentaire:

Publier un commentaire