11 mai 2009

Philemon chante

Mardi soir dernier était vraiment une soirée intense : après un lancement de Chinatown électrisé et un repas au grecque chargé, je me retrouve en bonne compagnie au Divan Orange (qui n’a plus de divan orange).
Une salle quasi vide et un artiste seul sur scène avec ses déchirures et son amour. Une voix un peu perchée, comme si un Jeff Buckley avait posé quelques ombres sur lui. Une magnifique intensité et une sensibilité tendue entre lui et nous.



J’avais un sentiment de gêne qu’on soit si peu face à tant de talent, et au final, je me suis sentie (quasi) unique et privilégiée d’être au cœur de cette salle orange, à cette heure-ci, où les minutes se sont envolées comme les notes dans la poussière. Philemon chante, ça donne envie d’être poète, d’être amoureux, d’être musicien, d’être un enfant qui écouterait la vie des grands.

Je ne sais plus quoi dire qui soit à la (h)auteur de la poésie enchantée et la beauté mélodieuse de ses chansons. Si vous avez envie de douceur mélancolique, courrez sur son myspace !

www.myspace.com/philemonchante

Aucun commentaire:

Publier un commentaire