18 févr. 2014

Francouvertes : Nini Marcelle, Gab paquet et Philippe Brach

Et c’est reparti pour le marathon des lundis au Lion d’or, pour la 18ème édition des Francouvertes, ce qui donne encore plus de raisons de voter et… de boire légalement. En plus pour caler tout ça, Au Petit Extra propose une carte à manger. Mais nous, ce qui nous intéresse, c’est de savoir si le petit crayon papier est bien affuté pour pouvoir badigeonner de commentaires la sacro-sainte feuille de vote, le sésame des sésames qui permettra (à hauteur de 50%) de monter le classement des neuf premiers demi-finalistes. Et on aime ça le chiffre neuf. Premier soir, on soulève la poussière et on démarre avec Nini Marcelle, Gab Paquet et Philippe Brach.

Jamais facile d’ouvrir le bal des Francouvertes. La demoiselle Nini Marcelle, tout de rouge vêtue propose une pop-électro-rock à saveur de grenadine (ou Grenadine, à vous de voir). Avec de solides musiciens pour l’accompagner, l’écoute est plaisante mais rien de nouveau sous les spots. Les interventions de Nini nuisent plus quelles n’accompagnent ses chansons, et si le tout est plein de bons sentiments, on cherche parfois l’élan qui nous emportera un peu plus loin. 
Sous des faux airs de Katerine, le bellâtre moustachu nous illumine avec sa chemise bleue électrique et son pantalon blanc. La parodie du chanteur de charme et toute sa panoplie fonctionne, on entre dans le jeu des solides chansons oscillant entre une disco-pop paillettes et un vieux slow rock des années 1990. Là encore, la qualité des musiciens est flagrante et la bande prend un malin plaisir à en faire des tonnes, et c’est le concept : mettre le Paquet !

Sans aucun doute ma révélation de la soirée. Je n’avais encore jamais écouté sa musique, bien que des bruits (forts) de couloir m’avaient déjà glissé à l’oreille le mot « petit génie » à son sujet. Mais je me méfie des on-dit ! Sous ses airs de petit garçon romantique chevelu, j’avais peur que tout cela dérape dans la chanson cérébrale mielleuse. Mais pas du tout, c’est avec une langue bien déliée et un franc parler assumé, qu’en toute sincérité et sans filtre, le jeune homme s’attaque à des pièces qui feraient pâlir un Dany Placard. Sorte de folk-rock à texte (difficile de caser dans un même tiroir la totalité de sa performance), on y découvre une voix spectaculaire, d’une force et d’une amplitude incroyable. T’aurais pas pu nous prendre à deux devient à elle seule une toune mémorable, qui se patinera avec le temps. À mon avis, un passeport pour la finale !
Et le classement, il dit quoi ?
1 – Philippe Brach | 2 – Gab Paquet | 3 – Nini Marcelle

Crédit photos : Émma Géraud
Retrouvez également cet article avec plus de photos sur le site de http://514mag.com/

Aucun commentaire:

Publier un commentaire