17 août 2009

Ils sont 7, chiffre porte-bonheur pour cette formation issue tout droit de Québec. The JMC Project c’est un cocktail multi-vitaminé enrichit de plusieurs influences : jazz, hip hop, soul, funk, r&b.





Imaginé, vous vous réveillez le matin, un peu en vrac et pas forcement de bonne humeur face la journée qui vous attend. Vous filez sous la douche, mettez votre vieille stéréo à fond et lancez In the Mix et là vous vous sentez léger, aérien, dynamisé par la voix, le saxo et le rythme diabolique de cette chanson. Le premier bébé de The JMC Project s’appelle justement Making a statement, comme pour marquer le temps et les esprits, faire un arrêt nécessaire au début de ce groupe. Mention spéciale à chaque musicien, que je nomme ici : Peter Tardif (paroles), Marjorie Fiset (voix et clavier), Philippe Cyr (guitare), Guillaume Tondreau (basse) , William Coté (batterie), Jod Lamarche (saxophone). La maîtrise de leur instrument alliée à la cohésion et la bonne humeur de chacun, créent des pièces vraiment magiques avec leur propre son, une sorte de nu-jazz venu de la forêt. Phrasés hip hop rapides, improvisations vocales onomatopéiques hallucinantes, solo de saxo chaud, couple basse et batterie base solide d’une rythmique saccadée et enfin guitare aphrodisiaque : Voilà ce que vous trouverez et ce qui fait la couleur et le son de The JMC Project.Et en concert, c’est encore meilleur, surtout au Divan Orange, petit bar sympathique de Montréal à la programmation musicale éclectique/ électrique, où la chaleur est toujours au rendez-vous. Les ventilos n’ont qu’à bien se tenir !

Aucun commentaire:

Publier un commentaire