20 août 2009

La v(r)ille

Il est intéressant de constater comme on peut aimer une ville. Je veux dire être amoureux d’une ville comme on aime son homme. Je ne pensais pas que ça m’arriverait un jour. Et en plus, quand c’est un coup de foudre, qui se transforme en passion, on a envie que cela dure pour longtemps, voir, pourquoi pas de finir ses beaux jours avec.


Jamais je ne me lasse de parcourir Montréal, surtout des journées comme hier, ou la température et l’atmosphère sont idéales. Je suis allée me perdre dans la petite Italie, à l’ombre des arbres qui bordent la route, accidentée par des trous béants et des fissures serpentines. C’est désagréable en voiture mais un vrai chef-d’œuvre pour les yeux, surtout quand la pluie est venue pleurer doucement et que le soleil se couche.

Parce qu’ici les routes sont chaotiques, on a comme l’impression d’un grand n’importe quoi infra structurel. Et ce chaos se retrouve aussi dans la musique : un beau bruit qui fait frissonner la nuit et geindre au petit matin. C’est comme si tout partait en vrille. Montréal de jour, Montréal de nuit, une vraie schizophrénie qui me fait douter de ma raison d’aimer cette ville. C’est comme si parfois je découvrais certains mauvais côtés qui au-delà de tout m’attirent et d’autres meilleurs qui finalement me répulsent. Vaste complexité de mon être tout entier, je ne me suis pas encore bien définie à l’aube de mes 30 ans, mais tente toujours de percer les mystères de mon âme pour continuer d’évoluer avec volupté dans ce qui m’environne.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire