30 juil. 2012

MEG : Le Couleur et Beat Market


Difficile de passer à côté du MEG (Montréal Électronique Groove) en ce moment. Autant vous le dire tout de suite, je ne suis pas une référence en matière d’électro. Si je suis allée voir Ratatat, Amon Tobin, Birdy Nam Nam, MGMT, Air ou plus proche de nous les Mister Valaire/Qualité Motel, c’était plus pour le déhanchement et l’ambiance que pour un réel amour des claviers et autres machines à mixer pleines de fils. Je n’ai jamais pleuré à un show d’électro (bon titre de roman sans doute), mais je vois dans la nébuleuse qui s’inscrit derrière ce terme parfois galvaudé, une sorte de néo-musique classique, l’orchestre réduit à des machines, le chef d’orchestre multiplié par autant de musiciens sur scène… machiavélique !

Oui, vous avez bien lu, Le Couleur et non pas la couleur. Ce petit article "Le" devant fait toute la différence. Comme il interpelle à l’oreille telle une jolie faute de français, il en est tout à l’inverse du son produit par le quatuor : de l’électro post-french-touch pop servit par une délicieuse voix féminine à force de petites phrases en boucle facilement imitables sous la douche. Le Couleur a la particularité d’être tout à la fois sophistiqué dans sa musique et léger dans ses paroles. Avec la difficile tâche de « chauffer » le Divan orange, le groupe mené par l’envoutante Laurence Giroux-Do a conquis son public. Avec déjà à son actif deux EPs (Piano Électrique et Une fille) ainsi qu’un album (Origami) existant également en remix, Le Couleur n’en reste pas là et continue son ascension avec un prochain EP prévu pour l’hiver (de quoi nous réchauffer et faire craquer le parquet) contenant un duo avec les New Yorkais de French Horn Rebellion (si, si, avec LE David Perlick-Molinari co-producteur du EP Time to Pretend de… MGMT, rien que ça !). Le Couleur est en plus généreux, car tu peux télécharger gratuitement toute leur musique sur leur bandcamp, de quoi remplir ton Ipod de bon son pour aller chiller sur la plage.
lecouleurmusic.bandcamp.com/
Le 4 août à la Maison de la culture de Maisonneuve


Véritable ovni de la soirée, Beat Market a télé-transporté son univers hippi-fluo nippon sur les planches du Divan Orange, qui s’est vu transformé en dancefloor planant et décadent. Le duo  phosphorescent (batterie / machines hallucinantes) propose des compositions dense/danse, avec montées en puissance et petits virages, de quoi satisfaire les plus récalcitrant à bouger leurs petites fesses. Il existe un savant mélange d’organique et de cérébral dans la musique de Beat Market, comme si on proposait une approche ludique pour faire passer des messages subliminaux inter-gallactiques. Ayant déjà partagé la scène de Misteur Valaire, Plaster, Qualité Motel ou encore DJ Champion, avec son premier EP éponyme, c’est comme si Beat Market entrait dans la cour des grands. Véritable coup de cœur de ma soirée, j’ai eu le pressentiment d’assister à la naissance de la nouvelle ère de l’électro montréalaise. Les MV n’ont qu’à bien se tenir !
www.beatmarket.mu 
Le 1er septembre au FME (Festival de Musique Émergente) en Abitibi-Temiscamingue.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire