13 déc. 2016

Le top de l’année 2016 : moins et mieux


C’est le temps des bilans, tout le monde fait le compte et le décompte : 10 meilleurs albums, top 5 des pires chansons, 17 vidéoclips les plus viraux… Il faut croire que les gens aiment les chiffres. Combien on a de « like », combien on a de « views », même Facebook a fait le total des choses que vous avez aimées dans votre année 2016. Épeurant, réjouissant, écœurant… à vous de voir !




Cette année les bulles ont ralenti le rythme, pris du recul, et peut-être inventé une nouvelle voie : celle où le temps s’immobilise quelques instants sur des œuvres musicales sans courir après le trafic, après les pouces levés ou autres flots de commentaires, juste des petites bouts d´émotions posés dans un coin reclus du web pour celles et ceux qui veulent se laisser happer par le poids des métaphores, des virgules appréciées et qui au bout du chapitre, sur la voie royale, découvre une chanson, un album, un artiste qui résonne quelque part en eux.


Petit blogue musical au gros cœur cherche nourriture pour les oreilles et autres bontés. Ça a toujours été ma motivation première, la nourriture, la capacité a digéré des créations musicales avec leurs qualités, leurs sensibilités, leurs côtés imparfaits comme leurs côtés brillants. Rechercher la qualité plutôt que la quantité dans l’ère où on nous dit qu’il faut produire, produire, et surtout consommer, consommer, ça n’est pas toujours facile. Je me suis souvent demandée ce qui me poussait à continuer la « critique musicale » si peu soit-elle lue entre ces lignes de blogue : je pense en fait que tout ceci est bien égoïste, que je trouve dans la musique un prétexte à écrire, une source d’inspiration, comme une forme d’écho ou de miroir plus ou moins déformant sur une réalité sonore qui la plupart du temps me bouleverse.


On a besoin de poésie dans la vie. Les neuf bulles dans le ciel le disent bien : c’est un aperçu émotif et totalement subjectif de ce qui passe dans mes oreilles. Alors pour 2017, je me souhaite de ne pas dépasser les 30 articles, de faire moins et mieux. La rareté étant souvent le prix à payer pour profiter de la beauté.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire