7 oct. 2014

Lancement de Shenanigans de Fire/Works

Le duo de Fire/Works récidive avec cette fois-ci un album au complet Shenanigans, signé chez Coyote Records. C'est qu'on avait déjà été séduit par Grand Voyageur, sortie en 2012. En recevant l'album, la pochette m'a tout de suite intriguée. J'allais à la découverte des 12 titres, devoir apprivoiser la bête : ou comment réécouter sans cesse un album et en découvrir des facettes toujours différentes, captivantes et donnant au mot rêve toutes ses ailes.  

C'est donc avec une certaine originalité que le lancement avait lieu dans l'une des salles de la Cinémathèque, avec projections et petits larsens sur la première chanson. La salle était comble, et quelques malheureux n'ont peu assister au set, ou le duo que sont Jonathan Peters et David Lagacé, étaient étoffés pour l'occasion. On aurait pu s'attendre à une déferlante de projection, et même si les images choisies en boucle étaient très stylées, on était ici pour la musique, celle qui fait des étincelles et qui ratisse un spectre assez large d'influences. Pour vous dire, j'ai parfois pensé à Jeff Buckley, dans la voix et l'intention !
Reste que l'audace est de mise dans ce disque, qui prend beaucoup de sentiers de traverse et contrairement à ce que l'on pourrait croire, commence à se définir une sacré personnalité. Shenanigans n'est pas le genre d'album du moment que l'on va oublier dans deux mois. Il est de celui avec qui on voudrait grandir, intemporel, actuel, tourné vers le passé et en proie à un puissant avenir. Tout est fait pour dérouter l'auditeur et le maintenir dans une espèce d'alerte, à la fin de laquelle, l’allumette en feu explose. À ce petit jeu de pyromane, Fire/Works arrive à bruler nos ailes pour redescendre sur terre, cette terre qui semble le fil conducteur de tout. 
Fire/Works, Shenanigans, Coyote Records - Achat iTunes

Aucun commentaire:

Publier un commentaire