28 janv. 2017

Deep Rivers : PART ONE

On prendrait bien notre envol au dessus des nuages à l'écoute de PART ONE, premier court opus de Deep Rivers. Beau contraste comme nom de groupe, a qui on donnerait volontiers des ailes. Quatre titres aussi aériens que profonds pour plonger dans un univers musical mélancolique et poétique.
 
 

 
 
Deep Rivers est loin d'être inconnu du grand public, puisqu'on y trouvent les rescapés de l'ancien groupe Hôtel Morphée : André Pelletier (guitare, voix), Stéphan Lemieux (batterie) et Blaise Borboën-Léonard (violon, alto, synthétiseurs, voix) auxquels s'ajoutent Cédric Martel (basse et chœur). Ils ont choisi cette fois-ci de s'exprimer en anglais, un choix qui correspond bien à leur style musical, sorte de folk teinté d'indie-rock ténébreux mâtiné d'un souffle léger qu'on pourrait prendre pour un brin d'espoir.
 
Si la vie est plus noir et blanc que rose pour Deep Rivers, ils vont à coup sûr chercher dans le gras des émotions, profondément, pour rendre plus visible ce qui nous échappe, ce qui est parfois sous notre nez mais qu'on ne voit plus. On traverse ce EP comme on prendrait une barque à la dérive, en se laissant porter, en terrain pas si inconnu mais pour autant singulier. Avec des arrangements justes et vaporeux, une voix au grain profond, les titres de  PART ONE donne le goût d'entendre très bientôt PART TWO !
 

Aucun commentaire:

Publier un commentaire