11 juin 2017

Mole Machine et Das Mörtal au Ritz PDB

C'est l'été, une grande affirmation qui aura pris du temps et beaucoup de précipitations (penser bien à ce double sens) avant d'arriver. Il fait chaud, les terrasses se remplissent et la Place des Arts, impatiente, commence à bouillonner de ses festivals. Mais au bar le Ritz PDB, bien connu pour les amateurs d'indie musique, l’électricité est dans l'air. C'est le lancement de Always Love de Das Mörtal avec en première partie Mole Machine.

Mole Machine
Retenez bien ce nom, énigmatique mais au combien approprié. Derrière lui se cache tout un concept, que le future EP à sortir en septembre Alpha Human/ Beta monster se fera un plaisir de dévoiler. On sent derrière Mole Machine un son travaillé, texturé, qui même s'il est accessible et très bien calibré (assez de suspense et de tension pour nous tenir en alerte) est loin d'être aussi simple qu'il n'y parait. Le genre de musique à l'imaginaire exponentiel, qui nous laisse des images fortes et nous permet de nous faire un petit cinéma dans nos têtes. Présenté en formule sobre (comprendre sans projection), on a hâte de voir se déployer toute l'ampleur du projet avec le visuel léché qui vient avec !

Projet de niche rayonnant à travers le monde, qui reste une belle curiosité à Montréal, Das Mörtal a la "swich" pour faire bouger le monde dans une belle insouciance. Si vous êtes trentenaire, la nostalgie des années 80 vous reviendra subtilement en tête, ne serait-ce que par l'aspect visuel des choses (des projections allant des vieux manga à Éric Lapointe). Sans réfléchir on entre dans un univers entre gravité et légèreté sonore, une sorte d'insouciance sur un léger filigrane de noirceur. Ça fait pas mal boom dans nos petits cœurs et on aime ça !

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire